« Jus » et alcool au Liban

septembre 17, 2013

 

             Rien n’échappe au droit, ni même l’alcool. En fouinant dans un recueil de lois libanaises, on peut tomber sur plusieurs textes juridiques relatifs à l’alcool. Qu’il s’agisse du droit pénal et l’abus d’alcool, ou le droit fiscal et les taxes indirectes sur la production ou consommation des boissons alcooliques, prendre un apéritif – chose banale, en apparence – est une activité étroitement cadrée par le droit. Mais ici ce n’est pas de ces aspects restrictifs du droit que nous allons parler. 

 

Parmi les spécificités libanaises que nous nous empressons de mentionner à nos amis étrangers, l’arak, alcool national à base d’anis, figure en une place de choix[1]. Le vin libanais, quant à lui, n’a rien à envier à l’arak : la littérature historique regorge d’éloges sur sa qualité[2].

 

Nous comprenons dès lors que le législateur libanais n’a pas voulu laisser ces deux « institutions » nationales sans la protection juridique nécessaire. Nous essayerons d’en faire une esquisse trop rapide.

 

 

 

I – L’arak

 

 

 

« L’arak est une boisson alcoolique, à laquelle le droit a prêté une attention particulière, du fait qu’il a un aspect patrimonial, et un rendement économique bénéfique » – tel est décrit l’arak, par le droit lui-même[3].

 

On retrouve en droit ottoman une bribe ou deux sur la règlementation des usines d’arak, dans un Règlement relatif à la vente d’alcool remontant à 1867[4]. Ce texte est toujours en vigueur, et a été modifié plus d’une fois[5]. Cependant, la pièce maitresse du droit de l’arak au Liban, est la loi du 7 juin 1937 relative à la production de l’arak et la règlementation des alcools industriels, promulguée par le Président de la République de l’époque[6].

 

La loi confère l’appellation d’arak aux seuls alcools obtenus par la macération de raisins, et distillation d’anis, comme le dispose l’article premier. Tout arak préparé par un autre procédé ou incluant d’autres substances est considéré comme frauduleux, ajoute, menaçant, l’article suivant. Cette disposition est réitérée par l’arrêté du ministre de l’agriculture n˚171/1 du 19/8/1998 relatif aux conditions de l’appellation de l’arak et sa production. Ces deux textes (l’article 2 de la loi, et l’article 2 de l’arrêté) sont formels à interdire l’usage de l’essence d’anis industrielle, ainsi que l’usage d’alcools industriels. Cependant, l’institut libanais de standardisation (LIBNOR) a élaboré deux normes, selon lesquelles, à coté de l’arak produit par la méthode traditionnelle (à base d’alcool de raisin et grains d’anis), c’est-à-dire l’arak conforme à loi, on a introduit un nouveau type d’arak produit à base de tout type d’alcool : ces normes ont été adoptés par un décret du 1er décembre 1999[7]. « Il est donc désormais légal de produire, sur le territoire libanais, une boisson à base d’alcool industriel et d’aromes autres que l’anis (réglisse, fenouil, mastique) sous le nom d’arak »[8].

 

            Un décret en conseil des ministres peut-il abroger une loi considérée comme obsolète ? Oui apparemment, si cela donne un coup de pouce à l’économie (au détriment de la qualité).

 

            Internationalement, un alcool cousin de l’arak, l’ouzu grec, a été considéré par l’Union Européenne comme produit exclusivement grec, bénéficiant d’une appellation d’origine protégée (AOP) dans tout l’Union, au même titre que le Champagne ou le Cognac en France[9]. Alors qu’un autre alcool similaire, le raki turque, se voit menacé par la nouvelle politique stricte à l’égard des alcools en Turquie[10].

 

 

 

 

II – Le vin

 

 » Sa renommée [la renommée d’Israël] sera comme celle du vin du Liban»  – (Osée, 14: 8)

 

Quand au vin, une loi de 1938 était restée en vigueur jusqu’à son abrogation en 1983, et dès lors, c’était le vide juridique[11], jusqu’à la loi numéro 216 relative à la production, la fabrication, la vente et l’importation du vin du 29 mai 2000 (quatre jours après la libération du sud-Liban) qui a ratifié un projet de loi datant du 21 juillet 1999 ; c’est cette loi qui constitue le droit viticole positif libanais.

 

Cette loi s’articule en quatre chapitres. Le premier présente la terminologie, chaque terme ou expression arabe étant accompagné du terme ou expression français correspondant : moût de raisin, vin effervescent, vin mousseux gazéifié, et on en passe. Il faut noter que le texte de la loi est éparpillé de mots français. Le deuxième chapitre traite des conditions et qualités de la production du vin : l’article 3 dispose qu’:

«Est considéré vin libanais, le vin produit seulement de raisins libanais, et macéré au Liban ».

Suit un exposé détaillé de consignes techniques.

 

Le troisième chapitre règlemente les mentions obligatoires et facultatives sur les étiquettes, ainsi que les appellations d’origine. Selon l’article 12, le vin gagne une appellation d’origine reconnue si ses caractéristiques se rattachent à l’origine des raisins, du lieu de macération et de la région reconnue[12]. En France, « l’appellation d’origine contrôlée (AOC) désigne un produit dont toutes les étapes de fabrication sont réalisées selon un savoir faire reconnu dans une même zone géographique, qui donne ses caractéristiques au produit »[13]. Cette notion, qui aujourd’hui, a vocation générale,  a été introduite au début, pour la défense du marché du vin[14]. Le dernier chapitre concerne des dispositions générales, tel que la création d’un institut national de la vigne et du vin. « Cet institut doit faire le lien entre les producteurs et l’Organisation internationale du vin »[15]. Il n’a effectivement vu le jour que 13 année plus tard, en mai 2013[16].

 

 

 

                      Le droit relatif à la règlementation de la production des alcools apparait comme un droit  terne à cause de ses aspects trop techniques, dont il ne peut se dérober ; cependant, de par sa matière, il reste un droit riche en couleurs – et saveurs. Il nous fait oublier, pour un moment, la sobriété et le sérieux du droit général ; tout comme un bon verre d’arak nous fait oublier, pour un moment, le sérieux de notre existence.   

 


[1] L’arak serait produit au Liban dès le XIème siècle. Le Commerce du Levant, n˚5608, septembre 2010, p.62 (ce numéro contient un dossier spécial sur l’arak)

[2] Le Commerce du Levant, n˚5599, décembre 2009, p.80 (ce numéro contient un dossier spécial sur le vin libanais)

[3] Arrêté du ministre de l’agriculture n˚171/1 du 19/8/1998 relatif aux conditions de l’appellation de l’arak et sa production.

[4] HOWAYEK Georges, دليلك في قوانين الضرائب غير المباشرة وتعديلاتها, [s.l.], 1998, p.93 s. Une loi ottomane sur la taxe « émiri » sur l’alcool trahit une obsession fiscale jusque dans les plus petits détails de la production de l’arak (et autres alcools). Ibid., p.110 s.

[5] Ibid., p.134.

[6] Le Liban était toujours sous mandat français à l’époque. Or, la Constitution libanaise de 1926 avait été suspendue en 1932, et n’a été définitivement rétablie que le 24 janvier 1937. RABBATH Edmond, La formation historique du Liban politique et constitutionnel, Publications de l’UL, 2ème éd., 1985, p.440.  D’où nous pouvons voir que la loi a été promulguée par le président de la république selon la procédure constitutionnelle normale.

[7] Le Commerce du Levant, n˚5608, septembre 2010, p.66.

[8] Ibid., p.62.

[12] Selon l’article 13, le découpage administratif sera la base de ces régions reconnues, jusqu’à la fin de travaux de cadastre agricole.

[15] Le Commerce du Levant, n˚5599, décembre 2009, p.70.

 

you are Peter, and upon this rock I will build my church, and the gates of the netherworld shall not prevail against it.

avril 17, 2010

For the millionth time, this is not Mr.Burns from the Simpsons!

janvier 31, 2010

NOT a Simpsons character!

NOT a former lebanese parliament member

It pays to be formal

janvier 31, 2010

It pays to be formal

The unfaithful husband.

The jealous wife.

The killing tie.

Daffy Duck in trouble

janvier 31, 2010

Damn you Bugs Bunny!

Never share a bathroom with bugs bunny.

I see dead people

janvier 31, 2010

Hushhh! walls have ears.

The puppet’s master. From beyond the grave, still.

For some time there, we almost thought we got our revenge.

Laicite, laicite quand tu nous tiens.

janvier 30, 2010

Ethique a Nicomaque

« Laicite » – « Secularity »

Un formidable choix de l’audience.

The Murr-leones

janvier 30, 2010
Il Capo

Don Michel

You fuck with me, you fuck with da best!

The road to Palestine passes by …

janvier 30, 2010
al nasr hatta el sarwa

Lips and a keffieh.

عرفات ما عرف طلع

It’s wrong to make fun of dead people, though.

Tent man

janvier 30, 2010
"La Joconde"
Bass ya!

Although he dyes his hair, he refuses to sit anywhere but in a tent.

Anyway, have you ever heard of a sane general?